Vive le sucre libre! Texte paru dans La Presse le 10 janvier 2017…

Voilà le cri ultime de l’industrie du sucre, qui tente d’immiscer sournoisement le doute dans la pensée collective…

À la manière du général de Gaulle, tel pourrait être le cri de l’industrie du sucre si on lui donnait une tribune au balcon de l’hôtel de ville de Montréal.

Un cri ultime d’une industrie qui perd du terrain et de plus en plus de batailles. Une industrie qui manipule la recherche pour des raisons de relations publiques afin de différer les processus de législation. Une industrie qui tire à grands coups de canon sur les agences de santé publique pour les discréditer. Une tactique de relations publiques simple et efficace qu’on nomme « tuer le messager ». Une industrie qui, par tous les moyens, tente d’immiscer scrupuleusement et sournoisement dans la pensée collective le doute.

Plusieurs avancent, à tort évidemment, que le sucre consommé avec modération serait bénin, mais cette supposition a toujours été, et ce, depuis l’origine du débat sur le sujet dans les années 70.

L’utilisation des termes « évitez les excès » au lieu de « modération » ne serait-elle pas plus précise et adéquate ? Car modération, c’est un terme vague qui ne veut rien dire, mais dont l’usage peut-être utile, surtout pour l’industrie. Ce qui donne souvent lieu à des propos du genre : « Ce n’est pas une cannette de boisson gazeuse qui va vous tuer. » À bien y penser, fumer une cigarette non plus ! Cette industrie du sucre, qui comme celle du tabac, a utilisé toutes les tactiques pour cacher la vérité et différer les processus de législation à son égard.

Une industrie qui tente encore, avec son dernier souffle, d’effacer ses traces. Bien rusé, ce renard qui tente désormais de faire croire que chaque décennie a son coupable. « Autrefois, c’était le gras, maintenant c’est nous, pauvres martyrs. Vous voyez bien que les recommandations de réduire le sucre sont erronées ! » Il ne faut quand même pas oublier que c’est l’industrie du sucre qui a favorisé l’hypothèse du gras dans les maladies cardiovasculaires, et ce, pour détourner les regards et éviter des critiques à son égard. Mais voilà, avec les maladies chroniques auxquelles le sucre est de plus en plus associé (obésité, diabète de type 2, caries dentaires, maladies cardiovasculaires, etc.), il faut un jour payer la facture ou du moins faire les frais de son externalité.

Le sucre libre, encore une nouvelle terminologie ? Pas du tout ! Cette terminologie est utilisée depuis 2003 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

C’est d’ailleurs à ce moment que l’Association du sucre américaine a menacé l’OMS et qu’elle ferait tout en son pouvoir pour lui couper les vivres si l’OMS ne retirait pas son rapport douteux qui mentionnait de limiter l’apport en sucres libres à 10 % des calories totales. Ça, c’est du culot ! Il faut quand même avouer qu’ils ont du courage. Pour l’humilité et l’honnêteté, on repassera.

Le sucre libre, c’est le sucre qui n’est plus dans son état d’origine naturelle. On peut le consommer tel quel ou l’incorporer dans d’autres aliments. Cette terminologie, plus vaste, englobe les sucres ajoutés (sucre de table, sucrose, glucose-fructose, cassonade, etc.) aux aliments (par le fabricant, la personne qui prépare les aliments ou le consommateur) et les sucres naturellement présents dans le miel, les sirops (dont le sirop d’érable), les jus de fruits et les concentrés de jus de fruits. Il s’avère vraiment difficile de tous les énumérer, car la liste est bien trop longue.

La terminologie sucre libre est celle qu’on doit privilégier, car elle permet aussi d’éviter aux industriels de nous en passer une « p’tite vite », du genre indiquer sur un produit « sans sucre ajouté » alors qu’on y retrouve du sucre libre à profusion.

Bien que l’industrie du jus tente de détourner l’attention et semer la confusion, il importe de comprendre que les fruits (entiers, coupés, en purée) contiennent du sucre intrinsèque, qui n’est pas libre. Il est emprisonné dans une matrice de fibres qui empêche son relargage rapide et donc laisse le temps au foie d’en gérer la transformation.

Les autorités de santé comme l’OMS et la Fondation de maladies du cœur et de l’AVC du Canada préconisent de viser un maximum de 10 % des apports énergétiques quotidiens en sucres libres ou de viser idéalement 5 %.

En toute honnêteté, il importe également de saisir que le sucre libre n’est pas LA cause de tous les maux sociétaux, mais bien UNE cause. Toutefois, il faut également avouer que l’excès de sucre libre dans l’alimentation est un fichu de bon indicateur d’une faible qualité alimentaire et de patrons alimentaires erronés basés sur une surconsommation de produits ultratransformés, dû à leur proximité et leur surabondance.

Pour certains, tout est question de modération et d’équilibre. Misère ! Au son de ces mots, fuyez, courez vite, bouchez-vous les oreilles… car on tente vraiment de vous ensorceler avec des paroles dénudées de sens.

On essaie de vous vendre qu’aucun conseil ne s’avère nécessaire pour limiter l’apport de produits qui ne sont en rien des denrées de première nécessité.

En somme, il n’y a pas d’équilibre qui vaille. La balance doit toujours pencher du côté du plaisir de cuisiner et de savourer de vrais aliments quotidiennement : ceux minimalement transformés ou les vrais aliments. Ils sont généralement faciles à reconnaître, ont tendance à pourrir et à moisir, et ils ont rarement des allégations nutritionnelles. En fait ce sont les « aliments silencieux », ceux qui n’ont pas de marketing.

Finalement, gardez en mémoire que les attaques à l’égard des recommandations de santé publique ont souvent comme origine le financement de l’industrie de la malbouffe. Les sucres libres et autres produits du même acabit sont des aliments d’exception, à consommer exceptionnellement.

Courage !

Article paru dans La Presse

2017-12-22T16:06:49+00:0010 janvier 2017|Actualité|